Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 09:40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation 

Réalisatrice Nadine LABAKI

Elle occupe d'ailleurs aussi le premier rôle (même s'il est partagé) féminin - elle y est magnifique d'ailleurs, c'est de toute façon inscrit en elle... 

Egalement Claude Msawbaa, Leyla Fouad....

 

Long-métrage français, distribué par Pathé production.

Cela dure 1h50 

 

Le film traite des guerres faites au nom des religions, du retournement qui oblige 2 communautés vivant ensemble depuis longtemps et qui sont sommées, de l'extérieur, de se détester. Très actuel donc. 

J'ai aimé qu'il ne se situe dans aucun pays ou temps précis, mais potentiellement dans tous.

Bien sûr, j'ai adoré les répliques, qu'elles soient tranchantes, poignantes ou truculantes. Un humour féroce et une joie de vivre incroyable, mais aussi la dureté de certaines situations, sans misérabilisme. 

Un beau portrait de femmes aussi, loin du cliché de la soumission, tout en montrant les rôles très bornés laissés aux uns et aux autres dans cette société. 

 

En conclusion, un appel à la tolérance et l'amour 

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 10:08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit éloge de l'excès de Caryl Férey 

 Une oeuvre aux éditions Gallimard, coll Folio à 2 euros , parue en 2009.

Caryl Férey est habituellement un auteur de polar

 

Voilà quelques extraits de ce livre qui m'ont entousiasmé pour sa révolte et son écriture hargnieuse, poétique et politique. 


1) les pages 44 et suivantes, reproduction des textes de Raoul Vaneigem : "Je ne rêve pas d'une révolution douce. Ma passion va à la violence du dépassement, à la violence d'une vie qui ne renonce à rien, non à celle qui, se débondant à force d'avoir été contenue, se replie sur elle-même et se mord la queue avec la rage du chien rivé à sa chaîne. Si je m'assure aujourd'hui que ni le ressentiment ni la vengeance ne viendront armer ma main, c'est dans la tranquille certitude qu'elle frappera sûrement à l'appel des plaisirs. Le feu des désirs brûle mieux que la torche de la rage et du désespoir. 

La violence de la gratuité ne s'économise pas. ...


2) les pages 20 et 21, fin de la première partie qui se clôt aussi sur une abjuration, un appel à l'Indignez vous, joyeuse, sauvage, espérante qui rappellera la complémentarité entre transformation individuelle et action collective : "Avant d'être sacrifié sur l'autel du gros Capital [...], il nous reste notre libre arbitre. Libre à nous de ne pas acheter leurs saloperies, de ne pas lire, écouter, regarder leurs saloperies, de ne pas travailler pour leurs entreprises à l'idéologie fascisante, libre à nous d'aimer qui en a envie comme on en a envie - en vie - et de ne tenir aucun compte de leurs désastres, des atavismes familiaux, leur business plan, pour une résilience à tous les étages. Ne pas vivre reclus en prédisant l'apocalypse dans un hédonisme de pacotille mais faire tonner le volcan qui grogne en nous, entourés de notre vraie famille, celle du coeur et non du sang...En un mot, si on ne veut pas crever avec des saucisses Herta plein la gueule, il va falloir être sacrément rock n'roll : OK ? ... OKAY ?! 

.....

- Vous êtes un peu excessif, non ?"


3) l'auteur relate un entretien avec Jacques Brel. Voilà ce que le chanteur dit : "Il y a une pollution qui me semble beaucoup plus importante que le fait de savoir s'il faut mettre des détergents dans l'Escaut ou dans la Meuse, c'est qu'on est à la fin du siècle et que l'homme est toujours à vendre...."


Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 13:23

Hey Hey 

Vous savez que je suis fan de France Inter.

Uen fois est coutume, je vous renvoie à l'une des émissions qui parlent plus que régulièrement d'initiatives du VRAI développement durable (définition du rapport BRUNDTLAND de 1987 : " un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs") : l'émission Carnet de campagne, dirigée par Philippe BERTRAND, diffusée de 12h30 à 12h45;



Les deux émissions en lien avec le GERS du 25 et 26 mai 2011 en lien ci-dessous : 

- 25 mai : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/carnetsdecampagne/index.php?id=105076

- 26 mai : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/carnetsdecampagne/index.php?id=105077

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 12:49

Ma soeur chérie et mon beau-frère non moins chéri nous avaient offert pour Noél un coffret "Nuits atypiques".

Ca ne vous étonne pas ? Oliv et moi en tout cas, ça nous a enchantés. 

direction le saumurois, proche de Préaux et en même temps, terre de vins, des maisons troglodytes et de roseraies. 

 

Nous avons visité un grand parc de 4 ha, « Les chemins de la rose », à Doué la Fontaine et nous n'avons pas été déçus, surtout que la visite fut guidée.

Un lieu paradisiaque, n'est il pas ? 

IMGP0877.JPGIMGP0876-copie-1.JPG

18 000 rosiers séparés en 4 espaces (botaniques / anciens / modernes / rosiers angevins) !

Le jardinier-botaniste nous a présentés les classications liées à l'histoire mais aussi les floraisons différentes et les formes différentes (remontant / perpétuel / grimpant / lierre / buissons...)

Il nous a expliqué que, pour les rosiers comme le reste, on ne pouvait avoir le beurre et l'argent du beurre : en manipulant génétiquement les rosiers, on est parvenu à produire des couleurs incroyables, mais au détriment des parfums souvent. Sont odorants donc et avant tout, les rosiers dits botaniques (presques "sauvages") et les rosiers dits anciens.

 

Pour plus d'informations, de photos et des conseils sur les rosiers 

http://www.cheminsdelarose.com/

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 11:18

Une fois n'est pas coutume, j'ai mangé moult cochon ce week end.  Aie aie aie, c'est grave docteur ? 

Non, car pour celles et ceux qui me connaissent, j'ai renoncé à cette viande par goût d'une part, et par conviction écologique d'autre part. 

N'en déplaise à nos amis - euh, vos amis peut-être - de la FNSEA and cie, l'élevage porcin est un des plus sales de toute l'agriculture, sans jeu de mots douteux. En effet, cette viande étant achetée aux éleveurs à très bas prix, la plupart ont eu pour raisonnement de maintenir leurs revenus en intensifiant leur production, donnant naissance à ces monstrueuses concentrations animales, sources de pollutions diverses comme les nitrates. 

Quelques articles d'information et pistes de réflexion à ce sujet : 

-  http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?68/115

http://www.espace-sciences.org/archives/science/15394.html

- extrait d'un article de l'INRA, publié sur son site dans la rubrique Dossiers scientifiques, sous rubrique eau, sous sous rubrique pratiques et aménagement.  Pour lire l'intégralité :  http://www.inra.fr/la_science_et_vous/le_point_sur/l_eau/gestion_de_l_eau_dans_les_territoires/pratiques_et_amenagements/elevage_porcin_simuler_la_pollution_pour_la_reduire

« Fiche de Presse Info. 01/09/2003. Elevage porcin : simuler la pollution pour la réduire

Actuellement, seuls les risques de pollution des eaux par les nitrates sont vraiment pris en compte par la réglementation environnementale des activités agricoles en France. Or les problèmes d’environnement liés aux activités d’élevage sont beaucoup plus nombreux et concernent à la fois la pollution de l’eau (composés azotés, phosphore, matière organique, micro-organismes, éléments trace métalliques), la pollution de l’air (ammoniac, protoxyde d’azote, nuisances olfactives) et la pollution des sols (phosphore, zinc, cuivre). »





Mais c'était avant que de découvrir la ferme de CICE, tenue par la famille SUBILEAU, à Préaux.

Marie, Mike, Cla, Benoît et moi sommes allés la découvrir, avec notre guide et hôte Olivier SUBILEAU, samedi 14 mai. La visite fut incroyablement instructive.

Mais ce qui nous a particulièrement impressionné reste la philosophie de ces éleveurs. C'est ainsi le premier fermier que j'entends inciter à manger moins de viande, la production de viande coûtant le prix fort à l'environnement (consommation de terres pour produire l'alimentation du bétail, consommation de matières premières, rejet ou production de gaz à effet de serre, rejet de lisiers...)

Les SUBILEAU ont, dès qu'ils ont été viables financièrement, choisi la voix du biologique et de maîtriser l'ensemble de la chaîne, de la production à la commercialisation. Cela leur permet de garder une production de qualité en vendant à des prix respectueux de leur travail mais [très] abordables pour la clientèle.

 Imaginez des caissettes d'assortiment de viande de porcs biologique, nourris aux céréales produites par l'éleveur uniquement et en plein air, à moins de 10 euros le kg !!!!

Un  petit résumé de leur parcours atypique : après quelques temps en conventionnel, passage en biologique et peu à peu, diminution du nombre de mères truies allaitantes (jusqu'au minimum actuel de 25 truies)

La ferme est restée voire devenue rentable malgré ou grâce à cette diminution du cheptel, accompagnée d'une maîtrise de la commercialisation et de la transformation.

Les animaux sont nourris exclusivement par les céréales produites par les fermiers, qui cultivent 55 hectares alentour. Ils délèguent les tâches relatives aux céréales.  


Voici quelques unes des découvertes chocs :

- Saviez-vous notamment que plus une tétine est proche du cœur, plus elle contient de lait. Les porcelets têtant toujours au même endroit connaissent donc une croissance variable selon la têtine qui leur est attribuée.

  • Les truies sont en chaleur 6 jours après que les 7 à 10 petits aient été sevrés (soit au bout de 42 jours environ). La gestation durent 3 mois, 3 semaines et 3 jours (incroyable mais vrai ! )

  • Les porcs sont des animaux propres : ils préservent toujours soigneusement l'espace de leur litière des excréments, « sacrifiant » un espace dans lequel ils retournent systématiquement pour en faire les commodités.

S'ils se roulent dans la boue ou dans les dits-excréments, c'est pour que la boue forme une couche qui l'isole thermiquement. Le porc n'est en effet pas doté d'un système de régulation de la température et risque la mort si sa température interne s'élève trop.

- comme pour toute viande, plus l'animal a eu une « belle » vie, plus elle sera tendre. La mort doit elle aussi intervenir sans stress, surtout pour le cochon. Ils sont donc évanouis par décharge électrique avant d'être saignés.

IMGP0812.JPG

La dégustation généreuse (pâte de foie, pâté de campagne, rillettes, perdrix fumée et salée, saucisson à l'ail …) a fini de nous convaincre.



PS  : J'ai honteusement confondu Cicé et Circé, la magicienne de la légende d'Ulysse.

Voici un résumé par Wikipédia «  Quand Ulysse et ses compagnons abordent l’île, vingt-deux d’entre eux, menés par Euryloque, se laissent attirer jusqu’au palais par une voix harmonieuse. La magicienne les accueille et leur offre un cycéon, breuvage composé de gruau d’orge, de miel et de lait caillé. Dès qu’ils ont bu, elle les transforme d’un coup de baguette en pourceaux. Euryloque, resté dehors, court avertir Ulysse, qui part à la recherche de Circé. Le dieu Hermès lui apparaît alors sous la forme d’un beau jeune homme tenant un roseau d’or. Le dieu Hermès à la baguette d’or lui remet l’herbe « moly » (μῶλυ / mỗlu) et lui donne des instructions pour triompher de Circé. Quand il arrive chez la magicienne, celle-ci lui offre le cycéon, mais elle échoue à le transformer d’un coup de baguette. Ulysse tire son épée ; apeurée, Circé lui offre de partager son lit. Là encore, Ulysse, suivant les recommandations d’Hermès, demande à la magicienne de jurer par « le grand serment des bienheureux » qu’elle ne cherchera plus à lui faire de mal. Ceci fait, Ulysse et Circé s’unissent, puis elle rend aux compagnons leur apparence humaine. Elle aide enfin le héros et son équipage à préparer leur départ. »

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:08

Economiste déjà rencontré à la Fête de l'Humanité,Frédéric LORDON m'avait attiré, parmi une foule de curieux et d'admiratrices-teurs, au 104, la récente station culturelle de PAris 19e.

MErci Blandine pour l'invitation, merci Paul et Béatrice d'y avoir acquiésé avec autant d'enthousiasme ! 

Il s'agissait d'assister à la lecture par des grands noms du théâtre (notamment Jacques BONAFFE que j'adore mais aussi Denis PODALYDES, Patrice BORNAND et Francis LEPLAY) de la pièce écrite par M.LORDON pour expliquer la crise des subprimes ainsi que les conséquences sur l'éclatement actuel de la dette publique, les solutions qu'il promeut  - avec une constance dans l'adversité t la solitude admirables - et l'inévitable - oui, oui, bravo - révolte populaire qui s'ensuivra.

C'est une pièce en alexandrins, bourrés d'humour et de jeux de mots, de registres lexicaux, de glissements du narrateur invisible à celui qui se dit....

C'est un morceau de bravoure pédagogique, la clarté qui marque le génie. La preuve : en 2 fois que je l'écoute, je comprends tout, pauvre de moi qui ne suit pas du tout économiste !

C'est un plaisir que de l'entendre remettre en cause le sacro-saint culte libéral et la vision unique de l'économie (testez vous même, on vous répondra que c'est pas un bon système mais qu'on ne peut échapper à la fatalité de la mondialisation et du libéralisme. Un véritable dogme, qu'on ne remet en cause qu'à ses risques et périls, même au sein de ses amis les plus proches et ouverts vous dis-je !!!)

Achetez le livre D'un retournement l'autre, ça vaut vraiment le coup sur le plan de la performance littéraire comme du contenu.

Un petit extrait choisi avec difficulté tant la totalité est aussi drôle que pertinente. Extrait de l'acte I, scène 1 dans laquelle le fondé de pouvoir apprend au banquier que le marché se retourne. (p11)

"LE FONDE DE POUVOIR

La chute est là, monsieur, elle est irrésistible

DEs villas somptueuses sont au prix de cabanes, 

L'immobilier s'écroule, nous passons pour des ânes, 

Les courtiers ont menti, et dans les formulaires, 

Gonflé les revenus, inventé les salaires. 

Or les gueux sont fauchés, ils n'ont plus un radis, 

Submergés d'échéances, ils deviennent faillis, 

Endettés jusqu'au cou, ils cessent de payer, 

Même vendre le bien ne peut plus rembourser.

 

LE BANQUIER 

Reprenez-vous, mon cher, et gardez la raison.

Considérez les charmes de la titrisation.

De ces crédits pourris transformés en créances, 

Nous sommes soulagés et surtout les plus rances.

C'était bien là d'ailleurs le but de la manoeuvre - 

Si belle innovation est un très grand chef-d'oeuvre.

Nous sommes dégagés de tout inconvénient, 

Nous n'avons plus le risque, il est à d'autres gens.

Tous ces investisseurs en étaient si voraces, 

Nous leur avons fourgué toute notre merdasse."

D'un retournement l'autre, de Frédéric LORDON aux éditions SEUIL, 2011, Paris. 14 euros de bonheur.


Et puis une petite vidéo de l'artiste, invité des Matins sur France culture http://www.dailymotion.com/video/xijoqk_les-matins-frederic-lordon_news 

 

PS : un autre document utile pour comprendre la crise des subprimes (et la sructure de la justice USA par dessus le marché) même si le film en lui-même ne m'a pas complément convaincu, surtout car l'argumentation développée m'a semblé très insuffisante d'un point de vue juridique, CLEVELAND CONTRE WALL STREET 

Cleveland contre Wall Street ( sortie au ciné en août 2010 / DVD depuis janvier 2011 )

Réalisé par Jean-Stephane Bron

Long-métrage français , suisse . Genre : Documentaire

Durée : 01h38min Année de production : 2010

Distributeur : Les Films du Losange

1 nomination : César 2011 edition n° 36  

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 12:01

Article paru sur Médiapart le 15 mars 2011.

Japon: la catastrophe nucléaire avait été prévue

12

« A moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. »Cet avertissement est tiré d'un article paru le 11 août 2007 dans le quotidienInternational Herald Tribune/Asahi Shimbun (l'article est à lire ici). Son auteur est le sismologue Ishibashi Katsuhiko, professeur à l'université de Kobe (sa biographie est à lire ici).

 

Ishibashi Katsuhiko.
Ishibashi Katsuhiko.
Ishibashi Katsuhiko faisait partie du comité d'experts chargé d'établir les normes sismiques des centrales nucléaires japonaises. Il en avait démissionné pour protester contre la position du comité. Il estimait que les recommandations fixées par le comité étaient beaucoup trop laxistes.

 

En d'autres termes, le professeur Katsuhiko avait prévu ce qui est en train de se produire à la centrale de Fukushima. Il avait prévenu les autorités de son pays que les centrales japonaises souffraient d'une«vulnérabilité fondamentale» aux séismes. Mais ses avertissements ont été ignorés tant par le gouvernement que par Tepco (Tokyo Electric Power Company), premier producteur privé mondial d'électricité, qui exploite un tiers des centrales nucléaires japonaises, dont celle de Fukushima.

Katsuhiko a lancé son alerte en 2006, année où les normes de sécurité anti-sismiques japonaises ont été renforcées. Selon le sismologue, ce renforcement était encore très insuffisant. Les faits lui ont donné raison dès l'année suivante. Le 16 juillet 2007, un séisme de magnitude 6,8 a provoqué des incidents sérieux à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus importante unité de production d'électricité nucléaire au monde. Cette centrale se trouve sur l'île de Honshu, la principale île du Japon, comme presque toutes les centrales nucléaires japonaises, qui encerclent les trois plus grandes villes du pays, Tokyo, Nagoya et Osaka.

Avant le séisme de juillet 2007, un autre s'était produit en août 2005, affectant la centrale d'Onagawa, au nord de Fukushima ; encore un autre en mars 2007, dont l'épicentre était à 16 kilomètres de la centrale de Shika. Et cela s'est répété l'année suivante, avec une secousse de magnitude 6,8 à l'est de Honshu, près d'Onagawa et de Fukushima. Même s'il n'y a pas eu de dégâts importants, Tepco a signalé alors trois fuites de liquide radioactif à Fukushima Daini.

Ainsi, l'accident qui vient de se produire à Fukushima ne peut être considéré comme une véritable surprise, même s'il a pris de court les opérateurs de la centrale comme les autorités. Cet accident est la reproduction, en beaucoup plus grave, d'événements qui se sont répétés au moins depuis 2005.

Ishibashi Katsuhiko avait analysé le risque, expliquant que, dans les différents cas, «le mouvement sismique à la surface du sol causé par le tremblement de terre était plus important que le maximum prévu dans la conception de la centrale». Lors du séisme qui a affecté la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, le pic d'accélération sismique était plus du double de la valeur que la centrale était censée supporter. «Ce qui s'est passé à Kashiwara-Kariwa ne devrait pas être qualifié d'inattendu», écrivait le sismologue.

Les manquements de la société Tepco

C'est malheureusement encore plus vrai du drame actuel, dont Katsuhiko avait anticipé la possibilité: «Si l'épicentre du séisme avait été un peu plus proche du site de la centrale et si la magnitude avait atteint 7,5 [...] , il aurait pu se produire un "genpatsu-shinsai", un événement catastrophique associant tremblement de terre et fusion partielle ou complète du cœur d'un ou plusieurs réacteurs.»

C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui, et le séisme est encore plus puissant que ce qu'avait imaginé Katsuhiko. En 2007, il estimait que les centrales devaient être conçues pour résister à un mouvement de surface du sol d'une vitesse de l'ordre de 1000 gal, alors que les normes de 2006 ne prévoyaient que 450 gal (le gal est une unité utilisée pour mesurer l'accélération du sol et correspond à 1 centimètre par seconde carrée).

 

Les implantations de centrales nucléaires au Japon.
Les implantations de centrales nucléaires au Japon.© (dr)

 

L'une des raisons pour lesquelles les centrales japonaises sont vulnérables aux séismes est qu'elles ont été construites pendant une période où il s'est trouvé que l'activité sismique était relativement faible - du moins pour le Japon. On s'est basé sur cette activité pour définir la résistance anti-sismique des installations nucléaires, et on en a construit 55, ce qui fait du Japon le troisième producteur mondial d'électricité nucléaire.

Or, à partir de 1995 et du grand tremblement de terre qui a dévasté la ville de Kobe, il y a eu un regain d'activité sismique sur l'archipel. Il aurait été donc nécessaire de revoir à la hausse la protection anti-sismique des centrales. Pour Katsuhiko, les centrales qui ne pouvaient pas être suffisamment sécurisées devaient être fermées. Cela n'a pas été fait. Et Tepco n'a pas pris en compte les failles sismiques sous-marines, notamment dans la zone de Kashiwazaki-Kariwa. Le risque lié aux tremblements de terre a été systématiquement sous-estimé, aussi bien par les experts nationaux de la sûreté nucléaire que par l'industriel.

Au demeurant, Tepco n'en est pas à son premier manquement en matière de sécurité. En 2002, l'entreprise a été au centre d'un scandale après avoir falsifié des documents d'inspection pour dissimuler des problèmes survenus sur certains de ses réacteurs. Le PDG, le vice-président et le président du conseil d'administration durent démissionner en chœur. La falsification concernait au moins trois incidents qui affectaient déjà les centrales de Fukushima et de Kashiwazaki-Kariwa... 

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:57

Hello hello

Je ne pouvais quand même pas manquer de relayer le scandale médiatique de la campagne de FNE contre l'agriculture intensive. Elle déchaîne des passions, et l'envoi de cette campagne à quelques jours du Salon de l'agriculture n'a surement pas pacifier le contexte. 

Alors si vous ne l'avez pas encore fait, découvrez cette campagne et la présentation faite par FNE ci après. 

 

Et pour ce faire plaisir, allez voir le reportage "remake" d'Action discrète.

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid1780-c-action-discrete.html?kwid=google_3830577_336514059_E&esvcid=S1299249692_ADOGOE_AGI3830577_CRE3648531448_TID336514059_RFDd3d3Lmdvb2dsZS5mcg%3d%3d&ESVreferrer=www.google.fr&gclid=CMjK3aKStacCFcoifAodhBCFAQ

Découvrez les visuels  

 


 








Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:05

Si le Ministre de l'agriculture s'était nommé Pinocchio, il aurait la langue de bois aussi grande que le nez...

Tribune de Bruno Le Maire, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire publiée dans le quotidien Libération le 16/02/2011

 

 « L’agriculture avec l’environnement »

 

« Depuis plusieurs années, les agriculteurs français ont fait le choix de l’environnement.

Par nécessité : le coût croissant des engrais, les risques des pesticides sur leur santé et la nature, la pollution des nappes phréatiques font de ce choix le seul raisonnable.

Par conviction aussi : les paysans sont les premiers à mettre au point de nouvelles pratiques rotationnelles pour éviter l’épuisement des sols. Les premiers à tester des solutions pour gérer les effluents d’élevage, comme la méthanisation. Les premiers à se convertir au bio, à raison de 15 conversions par jour. Pour les agriculteurs français, l’environnement n’est pas un slogan : c’est leur quotidien. Alors quand je vois France Nature Environnement (FNE) se livrer à des raccourcis inacceptables sur le vieux refrain "agriculteurs = pollueurs", je suis partagé entre colère et indignation. La campagne de FNE est une provocation à quelques jours du salon de l’agriculture. Elle est un scandale : elle oublie la détresse qui a conduit certains agriculteurs au suicide.

 

Le président de la République et le Gouvernement ont décidé d’accompagner le passage d’une agriculture intensive à une agriculture toujours plus respectueuse de l’environnement. Nous voulons conjuguer agriculture et environnement. Tous les objectifs du Grenelle seront maintenus. Nous continuerons d’apporter notre soutien à la mise aux normes des exploitations. Nous aiderons les élevages extensifs à l’herbe. Nous maintiendrons rigoureusement le même niveau d’aide au bio. »

 

[NDR : Prévu dans la loi de finances 2011 votée à la mi-décembre, le crédit d'impôt, accordé depuis 3 ans aux agriculteurs convertis au bio, est passé de 4.000 à 2.000 euros depuis le 1er janvier2011.

 

 Le montant du crédit d'impôt s'élève à environ 17 millions d'euros alors que la France a accordé 196 millions d'euros d'aides cette année à la filière agrocarburant… ]*

 

Mais accompagner un mouvement n’est pas le précipiter. Ne l’oublions pas : nos agriculteurs sont soumis à une concurrence européenne sans merci. Nous leur demandons de résister au dumping par les prix de pays qui ne respectent pas les mêmes critères environnementaux. Si nous ne sommes pas raisonnables dans nos exigences, nous aurons sauvé une certaine idée de l’agriculture, mais les agriculteurs auront disparu. A mille lieux des polémiques, je propose pour avancer une méthode en trois points.

 

Premier point : solidarité et réalisme. Nous devons tenir compte de la réalité du revenu des paysans : il a lourdement chuté en 2009, il commence seulement à se redresser. Il est donc essentiel de soutenir les efforts de modernisation des exploitations, de les aider à dresser un bilan énergétique, de donner si nécessaire des délais au cas par cas : c’est l’orientation du Gouvernement.

 

Deuxième point : harmoniser les règles européennes. Marché unique, règles uniques. Nous ne pouvons pas demander à nos agriculteurs d’être aussi compétitifs que leurs voisins et leur fixer des objectifs plus contraignants. Nous ne pouvons pas leur demander de réduire les coûts de production sans autoriser la circulation en France de camions de 44 tonnes. Le Président de la République a apporté une réponse claire à ce sujet. Il a eu raison. L’harmonisation européenne ne signifie pas le moins-disant environnemental, mais simplement que tous les Etats européens avancent au même rythme. C’est pourquoi j’apporte mon soutien au verdissement de la PAC tout en refusant de nouvelles règles administratives complexes.

 

[ NDR: Il ne faut pas que l'Europe soit l'occasion – et non la cause de mon point de vue – d'un moins disant environnemental et agricole. Le cas des fromages au lait cru ?!

Quelques références :

Un débat ancien : http://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ050517848.html

La santé, préoccupation justifiée ou alibi ? : www.inra.fr/la_science_et_vous/apprendre_experimenter/questions_d_actu/2008/le_lait_dans_tous_ses_etats/qu_est_ce_que_le_lait_cru

Des enjeux financiers ? : http://www.marianne2.fr/Guerre-des-fromages-France-3-pasteurise-la-verite_a82457.html

 

Et aussi un petit rappel du soutien inconditionnel et spontané du Gouvernement aux agriculteurs français. Pourquoi s'inquièteraient ils ?

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-05-29/europe-les-sujets-qui-fachent-5-le-vin-rose/920/0/347886]

 

Troisième point : réciprocité internationale. Nous ne pouvons pas fixer en Europe des règles sanitaires parmi les plus strictes au monde (tant mieux), défendre le bien-être animal (tant mieux), prêter attention à la biodiversité (tant mieux) et simultanément ouvrir tout grand nos frontières à des produits agricoles qui ne respecteraient pas les mêmes règles. Ce serait une folie économique et une injustice profonde pour les agriculteurs européens.

 

[NDR : Sur la question du bien-être animal, des informations sur la législation en vigueur en Europe sur http://ec.europa.eu/food/animal/welfare/international/index_fr.htm ]

 

Agriculture et environnement progressent ensemble. Nous ne sommes certainement pas au bout du chemin. Mais nous avons un cap. A nous, responsables politiques, professionnels agricoles, associations de défense de l’environnement et tout simplement citoyens, de le tenir ensemble. Sereinement et en bonne intelligence. »

 

 

 

 

*Informations issues notamment d'un article d'un article du site Actu-environnement intitulé Agriculture bio : l'Etat entend maintenir ses objectifs malgré la baisse du crédit d'impôt disponible sur ce lien : http://www.actu-environnement.com/ae/news/credit-impot-agriculture-bio-etat-aides-ong-fnab-11678.php4

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 15:18

Une description qui me semble claire et relativement exhaustive des dangers de l'exploitation de cette nouvelle ressource énergétique a été faite lors d'une interview de José Bové  link (http://jose-bove.eu/index.php?post/2011/01/25/L-Etat-a-d%C3%A9cid%C3%A9-l-omerta-sur-le-gaz-de-schiste)

Grosso modo, le plus grand danger est la fracturation ou fracking des roches pour atteindre les gisements de gaz de schiste, fracturation effectuée grâce à une "eau" qui n'a de ce produit naturel et bienfaiteur que le nom tant il est chargé de produits chimiques qui se répandent ensuite dans les nappes phréatiques, outre le gaspillage d'H2O pourtant de plus en plus rare dû au fracking. 

Pour plus d'information, regarder le film documentaire GAZLAND.

Disponible gratuitement en 7 parties sur daily motion.

Pour voir la première partie, cliquer là : link  (http://www.dailymotion.com/video/xg7g0q_danger-gaz-de-schiste-1-7-doc-choc_webcam)

 

Et puis d'autres vidéos montrant les dangers de l'exploitation du gaz de schiste link

(http://jose-bove.eu/index.php?post/2011/02/02/Le-Gaz-de-Schiste-va-t-il-mettre-le-feux-au-Larzac)

 

et si finalement, vous êtes révoltés par ce nouveau "progrès", une pétition à signer link   ( http://www.petitions24.net/gaz_de_schiste__non_merci)

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de detourparlaterre.over-blog.com
  • : récit et anecdotes d'un changement de vie.
  • Contact

Profil

  • detourparlaterre.over-blog.com
  • J'ai bientôt 30 ans. L'âge parfait pour les décisions "sérieuses" et commencer une nouvelle vie...

Recherche

Archives