Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 10:08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit éloge de l'excès de Caryl Férey 

 Une oeuvre aux éditions Gallimard, coll Folio à 2 euros , parue en 2009.

Caryl Férey est habituellement un auteur de polar

 

Voilà quelques extraits de ce livre qui m'ont entousiasmé pour sa révolte et son écriture hargnieuse, poétique et politique. 


1) les pages 44 et suivantes, reproduction des textes de Raoul Vaneigem : "Je ne rêve pas d'une révolution douce. Ma passion va à la violence du dépassement, à la violence d'une vie qui ne renonce à rien, non à celle qui, se débondant à force d'avoir été contenue, se replie sur elle-même et se mord la queue avec la rage du chien rivé à sa chaîne. Si je m'assure aujourd'hui que ni le ressentiment ni la vengeance ne viendront armer ma main, c'est dans la tranquille certitude qu'elle frappera sûrement à l'appel des plaisirs. Le feu des désirs brûle mieux que la torche de la rage et du désespoir. 

La violence de la gratuité ne s'économise pas. ...


2) les pages 20 et 21, fin de la première partie qui se clôt aussi sur une abjuration, un appel à l'Indignez vous, joyeuse, sauvage, espérante qui rappellera la complémentarité entre transformation individuelle et action collective : "Avant d'être sacrifié sur l'autel du gros Capital [...], il nous reste notre libre arbitre. Libre à nous de ne pas acheter leurs saloperies, de ne pas lire, écouter, regarder leurs saloperies, de ne pas travailler pour leurs entreprises à l'idéologie fascisante, libre à nous d'aimer qui en a envie comme on en a envie - en vie - et de ne tenir aucun compte de leurs désastres, des atavismes familiaux, leur business plan, pour une résilience à tous les étages. Ne pas vivre reclus en prédisant l'apocalypse dans un hédonisme de pacotille mais faire tonner le volcan qui grogne en nous, entourés de notre vraie famille, celle du coeur et non du sang...En un mot, si on ne veut pas crever avec des saucisses Herta plein la gueule, il va falloir être sacrément rock n'roll : OK ? ... OKAY ?! 

.....

- Vous êtes un peu excessif, non ?"


3) l'auteur relate un entretien avec Jacques Brel. Voilà ce que le chanteur dit : "Il y a une pollution qui me semble beaucoup plus importante que le fait de savoir s'il faut mettre des détergents dans l'Escaut ou dans la Meuse, c'est qu'on est à la fin du siècle et que l'homme est toujours à vendre...."


Partager cet article

Repost 0
Published by detourparlaterre.over-blog.com - dans Coups de coeur ou de gueule
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de detourparlaterre.over-blog.com
  • : récit et anecdotes d'un changement de vie.
  • Contact

Profil

  • detourparlaterre.over-blog.com
  • J'ai bientôt 30 ans. L'âge parfait pour les décisions "sérieuses" et commencer une nouvelle vie...

Recherche

Archives